jeudi 22 octobre 2015

Transparence, d'Alex Christofi [Revue]


J'avais vu passer ce bouquin plusieurs fois sur la blogosphère, et il m'avait suffisamment intrigué pour que je saisisse l'opportunité de me le procurer quand je l'ai trouvé d'occasion, complètement par hasard. J'avais envie d'une lecture détente, donc ça tombait bien !


★ L'intrigue 

La vie de Günter Glass, 20 ans, change du tout au tout lorsque sa mère décède. Les problèmes d'argent surviennent, son père noie sa déprime dans l'alcool... bref, pour Günter, il est grand temps de prendre ses responsabilités. N'ayant pas le niveau requis pour s'inscrire à l'université, il décide d'étoffer sa culture grâce à Wikipédia, et enfin de devenir laveur de carreaux. Les affaires marchent bien, à tel point que bientôt, Günter quitte sa campagne pour s'installer à Londres. Mais ce qu'il ne sait pas encore, c'est qu'il s'apprête à croiser la route de biens étranges personnes. Très vite, sa conception des choses s'en trouve bousculée.


★ Mon avis 

Autant le dire de suite : ce livre me laisse un sentiment mitigé. En gros, c'est le genre de bouquin que l'on peut qualifier de "sympa, sans plus", si vous voyez ce que je veux dire. Bien rythmé, il se lit certes sans difficulté, et l'on ne passe pas un moment désagréable en compagnie de Günter. J'ai apprécié l'innocence de ce personnage qui se laisse porter par les remous de son existence, et aborde chacune de ses rencontres sans arrière-pensée. Cette candeur ne se laisse pas confondre pour autant avec un manque de lucidité. Très vite, Günter s'avère capable de discerner les travers des personnes qu'il côtoie, de l'infidélité d'un client au racisme de son patron... Cette ambivalence se fait le terreau de quelques réflexions intéressantes qui donnent de la saveur au parcours singulier de ce personnage.

Cependant, ces caractéristiques ne parviennent pas à lui donner beaucoup de densité : j'ai eu du mal à me prendre de sympathie pour Günter. Le regard qu'il porte sur le monde sonne parfois un peu faux, le moindre détail étant prétexte à une réflexion pseudo-philosophique tirée du chapeau. Par ailleurs, j'ai parfois eu le sentiment qu'il n'y avait pas réellement de contrepoint face à ce héros : les actes ainsi que les remarques des autres personnages semblent glisser sur lui sans réel impact. Je n'ai peut-être surtout pas tellement saisi l'enjeu du roman, dont la fin m'a laissé un sérieux goût de "à quoi bon ?" en bouche. 

Je n'en déconseillerai pas pour autant la lecture : sa construction est intéressante (le roman est présenté comme une biographie rédigée par Angela Winterbottom, rectrice de la cathédrale de Salisbury, dont Günter croise un jour le chemin), de nombreux détails prêtent à sourire et l'écriture nous porte efficacement jusqu'à la fin du roman, sans ennui mortel. Donc voilà, pour résumer : c'était divertissant... sans plus.


★ Le livre en détails 

Auteur : Alex Christofi
Traduction : Nathalie Peronny
Année de parution : 2015
Éditeur : Fleuve éditions
Pages : 336

Découvrez mes autres revues en cliquant ici !

2 commentaires:

  1. J'avais bien aimé le début mais la fin m'a refroidie...

    RépondreSupprimer
  2. Si il sort en poche je me laisserai peut-être tenter, pour un petit moment de lecture sans prétention

    RépondreSupprimer